Histoire des arrondissements de Paris

Voici une vidéo très intéressante qui nous raconte l’histoire des arrondissements de Paris.

Elle convient très bien pour une écoute ou un questionnaire!

A bientôt

Advertisements

Luttons contre le gaspillage!

mascotte-e-recycleVingt-huit. C’est le nombre de smartphones qui se vendent en moyenne par seconde dans le monde! Soit un peu plus d’un milliard chaque année. Un véritable symbole de la société de consommation, que les utilisateurs conservent peu de temps.

Afin de lutter contre le gaspillage, la plateforme lyonnaise e-Recycle rachète depuis le mois de décembre, des mobiles aux utilisateurs, les remet à neuf et les revend à des prix inférieurs à ceux du marché.

130 millions de téléphone dans les tiroirs

«Les gens changent en moyenne de téléphone tous les 18 mois alors qu’ils fonctionnent encore très bien, explique Arnaud Guillaume, co-fondateur de la plateforme. Nous sommes dans une société de consommation qui rend tout obsolète. On préfère investir dans un nouveau modèle mobile alors qu’on peut encore appeler ou aller sur Internet avec l’ancien.»

Des modèles vendus jusqu’à 40% moins cher que sur le marché

De fait, la petite société lyonnaise qui entend «éviter l’obsolescence programmée», récupère ces téléphones pour leur donner une seconde vie. Le prix de rachat sera établi en fonction de l’état de l’appareil. «On regarde s’il y a des rayures sur la coque ou l’écran, si le téléphone est bloqué ou non. Mais on rachète tout», précise Arnaud Guillaume. Les prix peuvent aller jusqu’à 639 euros pour un iPhone 6, ou 189 euros pour le modèle précédent.

Les modèles récupérés qui ne sont plus utilisables, sont ainsi envoyés vers les Ateliers du Bocage, structure d’insertion d’Emmaüs, spécialisée dans la collecte et le réemploi des équipements électroniques et bureautiques. Chaque modèle est alors démantelé pour récupérer chaque pièce.

Les autres sont nettoyés, réparés si besoin et remis sur le marché à des prix inférieurs. «On le revend d’occasion jusqu’à 40% moins cher que le prix du marché, explique Arnaud Guillaume. En prime, l’acheteur bénéficie d’une garantie de six mois.» Dans un futur proche, e-Recycle.com ambitionne de s’étendre

Les Gaulois!

Des chercheurs ont mis au jour fin juillet, dans le Puy-de-Dôme, une centaine de silos de stockage de céréales, datant de l’Âge de fer. Une découverte unique en France, et qui témoigne du caractère avancé de la société gauloise avant la conquête des légions romaines.

silos de stockage age de fer

C’est une découverte de taille sur les Gaulois, et qui vient écorner un peu plus l’image surannée du guerrier brutal et rustre. Des archéologues ont mis au jour plusieurs centaines de silos, sur le haut plateau de Corent dans le Puy-de-Dôme. Une trouvaille inédite, et qui invite à repenser la complexité et l’efficacité de l’économie gauloise. Fouillé depuis 2001, le site est déjà bien connu des chercheurs ; plusieurs siècles avant notre ère s’y dressait une importante agglomération occupée par les Arvernes, une puissante confédération de tribus parmi la soixantaine de peuplades qui occupaient la Gaule avant la conquête romaine en -52 avant Jésus-Christ.

En coupant ces ronds à la pelle, on s’est rendu compte qu’il s’agissait de silos creusés dans le sol», explique Matthieu Poux. Au total, 125 cavités de ce type, disposées très régulièrement dans une terre argileuse, et pouvant contenir entre 200 kg et plus d’une tonne de céréales, ont été dégagées.Une telle découverte était totalement inattendue», s’enthousiasme auprès du Figaro Matthieu Poux, responsable des fouilles. Fin juillet, des paléo-environnementalistes du laboratoire Geolab de Clermont-Ferrand font des relevés un peu à l’écart du site, dans le lit d’un lac supposément asséché depuis le XIXe siècle. Très vite, les chercheurs trouvent une série de cercles de terre colorée, indiquant que le lac était déjà vide à l’époque du fer, et surtout que son sol a été creusé par l’homme. «Mais il pourrait y en avoir entre 600 et 1500», relève l’archéologue qui salue également l’ingéniosité des Gaulois: «Les silos se resserrent vers le haut, sans doute pour faciliter leur fermeture et limiter les infiltrations. Avec la fermentation, l’oxygène restant est rapidement consommé. C’est le principe du Tupperware!». «