Charles V le sage (1338 -1380)

L’artisan du renouveau de la France

Justement surnommé le Sage, le roi Charles V est l’un des plus grands rois de France, l’un des plus généreux aussi.

Tandis que son père Jean II le Bon a ruiné le royaume, lui qui était inapte au combat et n’aimait que les livres l’a libéré des Anglais et rendu à la prospérité.

Des débuts difficiles

Le futur roi est né à Vincennes le 21 janvier 1338. Il assume la régence du royaume dès 1356, à 18 ans, après que son père eut été capturé à Poitiers par les Anglais.

Charles V fait son  entrée à Paris en 1364

Il doit faire front à une alliance des seigneurs féodaux et des bourgeois de Paris, sans parler des paysans qui se lancent dans de violentes Jacqueries

Le Dauphin se sort finalement de tous ces mauvais pas et signe à Brétigny, près de Chartres, des préliminaires de paix avec les Anglais.

Il est sacré à Reims le 19 mai 1364, ainsi que sa femme, Jeanne de Bourbon. Trois jours plus tôt, son principal rival, le roi de Navarre, Charles le Mauvais, a été battu à Cocherel par Bertrand Du Guesclin.

Handicapé d’un bras et peu adepte de la guerre, Charles V n’en gère pas moins le royaume avec une énergie et une intelligence qui lui vaudront le qualificatif très mérité de Sage.

Un administrateur hors pair

Poursuivant la modernisation de l’administration inaugurée par Philippe IV le Bel, Charles V s’entoure de conseillers compétents comme les chanceliers Jean et Guillaume de Domans, le maître de requêtes Raoul de Presles ou encore le théologien et économiste Nicolas Oresme.

En décembre 1369, le roi rationalise les finances en distinguant :
– les ressources ordinaires, autrement dit les revenus du domaine royal, qui procuraient jusque là l’essentiel des revenus de la couronne,
– les ressources extraordinaires, autrement dit le produit des impôts, levés à titre exceptionnel après accord des états généraux.

Confronté à des besoins administratifs croissants, le gouvernement va devoir faire appel de plus en plus à des impôts réguliers. Parmi eux les « fouages » ou impôts directs sur les foyers (ou feux), autrement dit les ménages, les « aides » sur les boissons et la « gabelle » sur le sel, un produit ô combien indispensable à chacun.

La France libérée

Remise de l'épée de connétable à Du Guesclin, enluminure de Jean Fouquet (BNF)

Dès son avènement, le roi neutralise les grands féodaux avec le concours du capitaine breton Bertrand Du Guesclin.

Après quoi, il reprend le combat contre les Anglais avec l’objectif de les chasser des provinces de l’ouest et du sud qui leur ont été abandonnées à Brétigny. . Les Français reprennent La Rochelle le 8 septembre 1372 et, dans les années suivantes, reconquièrent le Rouergue, le Quercy, le Poitou et la Saintonge.

Les Anglais ne possèdent bientôt plus sur le continent que Calais et la Guyenne. Édouard III, à l’origine de la guerre de Cent Ans, meurt le 21 juin 1377 après un règne de 50 ans. Quand Charles V meurt à son tour le 16 septembre 1380, quelques semaines après Du Guesclin (30 juillet 1380), il laisse à son fils et héritier un royaume prospère et solide.

Source: ici

En ville

Une petite ballade!

Je vous propose quelques photos que vos élèves pourront décrire.

Qu’est-ce qu’on vend?


Le terrain qui est à vendre!
Un puits
Point de départ d’une randonnée
Vue sur la Ville de Civray
Mini chûte d’eau

Je suis venu te dire que je m’en vais…

Je suis venu te dire que je m’en vais

Et tes larmes n’y pourront rien changer

Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais

Je suis venu te dire que je m’en vais

Tu t’souviens des jours anciens et tu pleures

Tu suffoques, tu blêmis à présent qu’a sonné l’heure

Des adieux à jamais (ouais) Je suis au regret

D’te dire que je m’en vais Oui je t’aimais, oui, mais

Je suis venu te dire que je m’en vais

Tes sanglots longs n’y pourront rien changer

Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais

Je suis venu te dire que je m’en vais

Tu t’souviens des jours heureux et tu pleures

Tu sanglotes, tu gémis a présent qu’a sonné l’heure

Des adieux à jamais (ouais) Je suis au regret

D’te dire que je m’en vais

Car tu m’en a trop fait

Je suis venu te dire que je m’en vais

Et tes larmes n’y pourront rien changer

Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais

Je suis venu te dire que je m’en vais

Tu t’souviens des jours anciens et tu pleures

Tu suffoques, tu blêmis a présent qu’a sonné l’heure

Des adieux à jamais (ouais) Je suis au regret

D’te dire que je m’en vais Je t’aimais, oui, mais

Je suis venu te dire que je m’en vais Tes sanglots longs n’y pourront rien changer

Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais

Je suis venu te dire que je m’en vais

Tu t’souviens des jours heureux et tu pleures

Tu suffoques, tu gémis a présent qu’a sonné l’heure

Des adieux à jamais (ouais) Je suis au regret

D’te dire que je m’en vais Car tu m’en a trop fait

Le zoo de Chester

Je vous conseille de regarder ce documentaire sur les animaux du zoo de Chester, c’est en anglais mais pas trop difficile!

Dans le dernier épisode que j’ai regardé, on y parlait des zébres. Il y en avait un, un male qui ne s’entendait pas avec les autres, en fait, une femelle dominante le harcelait. La direction du zoo a fini par décider de l’envoyer dans un autre zoo. Ils l’ont remplacé par une autre femelle. La femelle dominante, Florence a essayé de dominer la nouvelle mais cette dernière ne s’est pas laissée faire! Et une histoire d’amour semble se tisser entre le fils de Florence et la nouvelle zébre!

Ah la la ces zébres! Trop mimi!

De la Préhistoire au Moyen Age

Image result for les ducs d aquitaine

A la préhistoire, la Vienne est peuplée par les Pictes, la tribu celte qui s’étendait du nord de la Loire jusqu’au sud de la Charente, et du Massif Central à l’est jusqu’à l’océan. Grâce à leur force et à l’alliance avec les Romains, les Pictes créent une zone d’influence à Limonum, ancien nom de Poitiers, et y construisent la première forteresse.

Avec l’aide de saint Hilaire, le premier évêque de la ville, Poitiers devient un foyer de la pensée Chrétienne et résiste à l’assaut des deux peuples germaniques : des Vandales en 406 et des Wisigoths vers 462. Avec l’arrivée des Francs, Clovis défait les Wisigoths lors de la bataille de Vouillé en 507 et réunit pour la première fois la Gaule franque et catholique.

Le 6e siècle est remarquable par l’arrivée de Radegonde sur les terres poitevines. Fille du roi du Thuringe, elle devient contre son gré l’épouse du roi franc Clotaire et ainsi la reine franque. Après l’assassinat de son frère par son mari, elle se consacre à Dieu et établit la première abbaye pour femmes à Poitiers (aujourd’hui l’église Sainte-Radegonde) dans le but d’aider les pauvres et les malades. La vie de la sainte Radegonde est associée à de nombreuses légendes, dont la plus connue est la légende de la Grand’Goule, le dragon souterrain qui tuait les citadins. D’après cette histoire, sainte Radegonde est allée à la rencontre du dragon et lorsqu’il est venu dans la ville elle l’a tué en cassant sur son nez le broyé du Poitou.

Un peu plus tard, la région du Poitou s’expose à une large invasion musulmane avec à sa tête Abd-el-Rahman. Avec la bataille de Poitiers en 732, Charles Martel sauve la Chrétienté et marque une frontière entre l’Orient musulman et l’Occident chrétien. Grâce à cet événement, l’Eglise catholique prend son essor et le Poitou bénéficie de nombreux monastères et abbayes.

L’arrivée des comtes du Poitou

Au 9e siècle la France subit plusieurs tentatives d’invasions barbares : musulmans d’Espagne, Hongrois, Grecs et surtout les Normands. Pour arrêter la destruction, le comte Ranulf II défait les Normands près de Poitiers en 868 et bat aussi les Aquitains en récupérant leurs terres. Les succès militaires du comte Guillaume le Grand au 10e siècle permettent de constituer un véritable état Aquitain qui sera autonome face au pouvoir royal. Ces victoires consolident l’importance des comtes du Poitou devenant par la même ducs d’Aquitaine.

Sous l’égide de ces nouveaux gouverneurs, le Poitou se développe beaucoup et bénéficie de la construction de plusieurs édifices civils et religieux. Les conquêtes militaires apportent de l’argent et favorisent la construction et la rénovation des édifices notamment à CharrouxNouailléSaint-Savin, Fontevrault.

Une soirée de Janvier

Il pleuvait et c’était assez ennuyeux mais la pluie était assez fine et il n’y avait pas trop de vent! Roberta se fit deux toats au beurre de cacahuètes, elle les mit sur une petite assiette et monta dans sa chambre. Elle les mangea rapidement puis redescendit. Où était Gaston? Gaston le chat entra dans la cuisine en miaulant elle lui donna le reste de sa paté.

Que donner à la lapine! Elle coupa 4 petits morceaux de poire et les mélangea à ses légumes. Maintenant, elle devait chercher les baskets d’Amélia et trouver un top pour sa session à la gym!

Amélia était allée à son training. Roberta l’attendait dans le café/salon de thé/pub en face du gymnase. Pourquoi donc certains souvenirs ne semblaient pas partir de sa tête?

La sirène stridente d’une ambulance retentit et elle commença à demander au Seigneur de guérir et de protéger celui ou celle qui était dans l’ambulance. Il n’y avait pas de répit en fait la paix était menacée à tous les niveaux, jeunes, adultes, sociétés. Disputes, conflits, naissaient à cause de babioles et cela même parmi lea frères et soeurs. Ce qui embétait Justine, c’était de constater la létargie qui régnait parmi certains gouverneurs. Ceux-ci avaient été élus pour servir le people!