La moisson, the harvest

Image result for La moisson poeme

Ce tableau est de Camille Pissarro, (this painting is from Camille Pissarro)

Son titre est La moisson, (Its title is the Harvest)

Il a été peint 1882 (It was painted in 1882)

Le Laboureur et ses Enfants

Poème écrit par Jean de La Fontaine

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

Jean de La Fontaine

Advertisements

La pluie par Orelsan

J’viens d’la France où on danse la chenille
Où on prend plus de caisses que des crash tests dummies
J’ai des potes diplômés, d’autres qu’ont pas lu deux livres
Qui sont sûrement sur un muret, dans les rues du centre ville
Mon père a gravi l’échelle pour devenir c’qu’il voulait être
J’connais la campagne et ses gros sabots
Où ça vole pas haut, les ragots et les oiseaux
Toujours autant d’pluie chez moi
Toujours autant d’pluie chez moi
Mais il fait quand même beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau
Chez moi, il fait beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau
Chez moi, il fait beau

J’viens d’la terre du milieu où y’a plein de p’tits vieux
Où l’chômage et la tisane forment un cercle vicieux
Où on critique les invités qui viennent de partir
C’est pas qu’on est lent, c’est qu’on prend notre temps pour réfléchir
J’viens d’la classe moyenne, moyennement classe
Où tout l’monde cherche une place, Julien Clerc dans l’monospace
J’freestylais dans ma tête sur le bruit des essuie-glaces
Y’a la pluie en featuring dans toutes mes phrases

Toujours autant d’pluie chez moi
Mais il fait quand même beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau
Chez moi, il fait beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau

[Orelsan]
Chez moi, y’a du soleil quarante jours par an
Tu peux passer la plupart de l’année à l’attendre
J’regardais par la fenêtre, enfermé dans ma chambre
J’priais pour la fin d’l’averse et aller faire d’la rampe
J’connais qu’le bruit d’la pluie, l’odeur du béton mouillé
Si j’suis parti, c’est parce que j’avais peur de rouiller
Trempé, j’aurais jamais pensé
Qu’le mauvais temps finirait par me manquer

Il fait quand même beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau
Chez moi, il fait beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau
Mais il fait quand même beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau
Chez moi, il fait beau, il fait beau
Il fait beau, il fait beau
Toujours autant d’pluie chez moi (x5)