Charles V le sage (1338 -1380)

L’artisan du renouveau de la France

Justement surnommé le Sage, le roi Charles V est l’un des plus grands rois de France, l’un des plus généreux aussi.

Tandis que son père Jean II le Bon a ruiné le royaume, lui qui était inapte au combat et n’aimait que les livres l’a libéré des Anglais et rendu à la prospérité.

Des débuts difficiles

Le futur roi est né à Vincennes le 21 janvier 1338. Il assume la régence du royaume dès 1356, à 18 ans, après que son père eut été capturé à Poitiers par les Anglais.

Charles V fait son  entrée à Paris en 1364

Il doit faire front à une alliance des seigneurs féodaux et des bourgeois de Paris, sans parler des paysans qui se lancent dans de violentes Jacqueries

Le Dauphin se sort finalement de tous ces mauvais pas et signe à Brétigny, près de Chartres, des préliminaires de paix avec les Anglais.

Il est sacré à Reims le 19 mai 1364, ainsi que sa femme, Jeanne de Bourbon. Trois jours plus tôt, son principal rival, le roi de Navarre, Charles le Mauvais, a été battu à Cocherel par Bertrand Du Guesclin.

Handicapé d’un bras et peu adepte de la guerre, Charles V n’en gère pas moins le royaume avec une énergie et une intelligence qui lui vaudront le qualificatif très mérité de Sage.

Un administrateur hors pair

Poursuivant la modernisation de l’administration inaugurée par Philippe IV le Bel, Charles V s’entoure de conseillers compétents comme les chanceliers Jean et Guillaume de Domans, le maître de requêtes Raoul de Presles ou encore le théologien et économiste Nicolas Oresme.

En décembre 1369, le roi rationalise les finances en distinguant :
– les ressources ordinaires, autrement dit les revenus du domaine royal, qui procuraient jusque là l’essentiel des revenus de la couronne,
– les ressources extraordinaires, autrement dit le produit des impôts, levés à titre exceptionnel après accord des états généraux.

Confronté à des besoins administratifs croissants, le gouvernement va devoir faire appel de plus en plus à des impôts réguliers. Parmi eux les « fouages » ou impôts directs sur les foyers (ou feux), autrement dit les ménages, les « aides » sur les boissons et la « gabelle » sur le sel, un produit ô combien indispensable à chacun.

La France libérée

Remise de l'épée de connétable à Du Guesclin, enluminure de Jean Fouquet (BNF)

Dès son avènement, le roi neutralise les grands féodaux avec le concours du capitaine breton Bertrand Du Guesclin.

Après quoi, il reprend le combat contre les Anglais avec l’objectif de les chasser des provinces de l’ouest et du sud qui leur ont été abandonnées à Brétigny. . Les Français reprennent La Rochelle le 8 septembre 1372 et, dans les années suivantes, reconquièrent le Rouergue, le Quercy, le Poitou et la Saintonge.

Les Anglais ne possèdent bientôt plus sur le continent que Calais et la Guyenne. Édouard III, à l’origine de la guerre de Cent Ans, meurt le 21 juin 1377 après un règne de 50 ans. Quand Charles V meurt à son tour le 16 septembre 1380, quelques semaines après Du Guesclin (30 juillet 1380), il laisse à son fils et héritier un royaume prospère et solide.

Source: ici

De la Préhistoire au Moyen Age

Image result for les ducs d aquitaine

A la préhistoire, la Vienne est peuplée par les Pictes, la tribu celte qui s’étendait du nord de la Loire jusqu’au sud de la Charente, et du Massif Central à l’est jusqu’à l’océan. Grâce à leur force et à l’alliance avec les Romains, les Pictes créent une zone d’influence à Limonum, ancien nom de Poitiers, et y construisent la première forteresse.

Avec l’aide de saint Hilaire, le premier évêque de la ville, Poitiers devient un foyer de la pensée Chrétienne et résiste à l’assaut des deux peuples germaniques : des Vandales en 406 et des Wisigoths vers 462. Avec l’arrivée des Francs, Clovis défait les Wisigoths lors de la bataille de Vouillé en 507 et réunit pour la première fois la Gaule franque et catholique.

Le 6e siècle est remarquable par l’arrivée de Radegonde sur les terres poitevines. Fille du roi du Thuringe, elle devient contre son gré l’épouse du roi franc Clotaire et ainsi la reine franque. Après l’assassinat de son frère par son mari, elle se consacre à Dieu et établit la première abbaye pour femmes à Poitiers (aujourd’hui l’église Sainte-Radegonde) dans le but d’aider les pauvres et les malades. La vie de la sainte Radegonde est associée à de nombreuses légendes, dont la plus connue est la légende de la Grand’Goule, le dragon souterrain qui tuait les citadins. D’après cette histoire, sainte Radegonde est allée à la rencontre du dragon et lorsqu’il est venu dans la ville elle l’a tué en cassant sur son nez le broyé du Poitou.

Un peu plus tard, la région du Poitou s’expose à une large invasion musulmane avec à sa tête Abd-el-Rahman. Avec la bataille de Poitiers en 732, Charles Martel sauve la Chrétienté et marque une frontière entre l’Orient musulman et l’Occident chrétien. Grâce à cet événement, l’Eglise catholique prend son essor et le Poitou bénéficie de nombreux monastères et abbayes.

L’arrivée des comtes du Poitou

Au 9e siècle la France subit plusieurs tentatives d’invasions barbares : musulmans d’Espagne, Hongrois, Grecs et surtout les Normands. Pour arrêter la destruction, le comte Ranulf II défait les Normands près de Poitiers en 868 et bat aussi les Aquitains en récupérant leurs terres. Les succès militaires du comte Guillaume le Grand au 10e siècle permettent de constituer un véritable état Aquitain qui sera autonome face au pouvoir royal. Ces victoires consolident l’importance des comtes du Poitou devenant par la même ducs d’Aquitaine.

Sous l’égide de ces nouveaux gouverneurs, le Poitou se développe beaucoup et bénéficie de la construction de plusieurs édifices civils et religieux. Les conquêtes militaires apportent de l’argent et favorisent la construction et la rénovation des édifices notamment à CharrouxNouailléSaint-Savin, Fontevrault.

La moisson, the harvest

Image result for La moisson poeme

Ce tableau est de Camille Pissarro, (this painting is from Camille Pissarro)

Son titre est La moisson, (Its title is the Harvest)

Il a été peint 1882 (It was painted in 1882)

Le Laboureur et ses Enfants

Poème écrit par Jean de La Fontaine

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

Jean de La Fontaine

Vingt minutes de culture!

Faites connaitre Zola à vos élèves de première ou de terminale!

La série anglaise The Paradise produite par la BBC a transposé le roman de Zola, Au bonheur des Dames.

Pour vous aider à planifier votre cours

Un résumé sur ce site français

http://litteranet.blogspot.co.uk/2008/06/au-bonheur-des-dames-demile-zola.html

Une revue intéressante faite par une étudiante.