De la Préhistoire au Moyen Age

Image result for les ducs d aquitaine

A la préhistoire, la Vienne est peuplée par les Pictes, la tribu celte qui s’étendait du nord de la Loire jusqu’au sud de la Charente, et du Massif Central à l’est jusqu’à l’océan. Grâce à leur force et à l’alliance avec les Romains, les Pictes créent une zone d’influence à Limonum, ancien nom de Poitiers, et y construisent la première forteresse.

Avec l’aide de saint Hilaire, le premier évêque de la ville, Poitiers devient un foyer de la pensée Chrétienne et résiste à l’assaut des deux peuples germaniques : des Vandales en 406 et des Wisigoths vers 462. Avec l’arrivée des Francs, Clovis défait les Wisigoths lors de la bataille de Vouillé en 507 et réunit pour la première fois la Gaule franque et catholique.

Le 6e siècle est remarquable par l’arrivée de Radegonde sur les terres poitevines. Fille du roi du Thuringe, elle devient contre son gré l’épouse du roi franc Clotaire et ainsi la reine franque. Après l’assassinat de son frère par son mari, elle se consacre à Dieu et établit la première abbaye pour femmes à Poitiers (aujourd’hui l’église Sainte-Radegonde) dans le but d’aider les pauvres et les malades. La vie de la sainte Radegonde est associée à de nombreuses légendes, dont la plus connue est la légende de la Grand’Goule, le dragon souterrain qui tuait les citadins. D’après cette histoire, sainte Radegonde est allée à la rencontre du dragon et lorsqu’il est venu dans la ville elle l’a tué en cassant sur son nez le broyé du Poitou.

Un peu plus tard, la région du Poitou s’expose à une large invasion musulmane avec à sa tête Abd-el-Rahman. Avec la bataille de Poitiers en 732, Charles Martel sauve la Chrétienté et marque une frontière entre l’Orient musulman et l’Occident chrétien. Grâce à cet événement, l’Eglise catholique prend son essor et le Poitou bénéficie de nombreux monastères et abbayes.

L’arrivée des comtes du Poitou

Au 9e siècle la France subit plusieurs tentatives d’invasions barbares : musulmans d’Espagne, Hongrois, Grecs et surtout les Normands. Pour arrêter la destruction, le comte Ranulf II défait les Normands près de Poitiers en 868 et bat aussi les Aquitains en récupérant leurs terres. Les succès militaires du comte Guillaume le Grand au 10e siècle permettent de constituer un véritable état Aquitain qui sera autonome face au pouvoir royal. Ces victoires consolident l’importance des comtes du Poitou devenant par la même ducs d’Aquitaine.

Sous l’égide de ces nouveaux gouverneurs, le Poitou se développe beaucoup et bénéficie de la construction de plusieurs édifices civils et religieux. Les conquêtes militaires apportent de l’argent et favorisent la construction et la rénovation des édifices notamment à CharrouxNouailléSaint-Savin, Fontevrault.

Les Gaulois!

Des chercheurs ont mis au jour fin juillet, dans le Puy-de-Dôme, une centaine de silos de stockage de céréales, datant de l’Âge de fer. Une découverte unique en France, et qui témoigne du caractère avancé de la société gauloise avant la conquête des légions romaines.

silos de stockage age de fer

C’est une découverte de taille sur les Gaulois, et qui vient écorner un peu plus l’image surannée du guerrier brutal et rustre. Des archéologues ont mis au jour plusieurs centaines de silos, sur le haut plateau de Corent dans le Puy-de-Dôme. Une trouvaille inédite, et qui invite à repenser la complexité et l’efficacité de l’économie gauloise. Fouillé depuis 2001, le site est déjà bien connu des chercheurs ; plusieurs siècles avant notre ère s’y dressait une importante agglomération occupée par les Arvernes, une puissante confédération de tribus parmi la soixantaine de peuplades qui occupaient la Gaule avant la conquête romaine en -52 avant Jésus-Christ.

En coupant ces ronds à la pelle, on s’est rendu compte qu’il s’agissait de silos creusés dans le sol», explique Matthieu Poux. Au total, 125 cavités de ce type, disposées très régulièrement dans une terre argileuse, et pouvant contenir entre 200 kg et plus d’une tonne de céréales, ont été dégagées.Une telle découverte était totalement inattendue», s’enthousiasme auprès du Figaro Matthieu Poux, responsable des fouilles. Fin juillet, des paléo-environnementalistes du laboratoire Geolab de Clermont-Ferrand font des relevés un peu à l’écart du site, dans le lit d’un lac supposément asséché depuis le XIXe siècle. Très vite, les chercheurs trouvent une série de cercles de terre colorée, indiquant que le lac était déjà vide à l’époque du fer, et surtout que son sol a été creusé par l’homme. «Mais il pourrait y en avoir entre 600 et 1500», relève l’archéologue qui salue également l’ingéniosité des Gaulois: «Les silos se resserrent vers le haut, sans doute pour faciliter leur fermeture et limiter les infiltrations. Avec la fermentation, l’oxygène restant est rapidement consommé. C’est le principe du Tupperware!». «