Les Gaulois!

Des chercheurs ont mis au jour fin juillet, dans le Puy-de-Dôme, une centaine de silos de stockage de céréales, datant de l’Âge de fer. Une découverte unique en France, et qui témoigne du caractère avancé de la société gauloise avant la conquête des légions romaines.

silos de stockage age de fer

C’est une découverte de taille sur les Gaulois, et qui vient écorner un peu plus l’image surannée du guerrier brutal et rustre. Des archéologues ont mis au jour plusieurs centaines de silos, sur le haut plateau de Corent dans le Puy-de-Dôme. Une trouvaille inédite, et qui invite à repenser la complexité et l’efficacité de l’économie gauloise. Fouillé depuis 2001, le site est déjà bien connu des chercheurs ; plusieurs siècles avant notre ère s’y dressait une importante agglomération occupée par les Arvernes, une puissante confédération de tribus parmi la soixantaine de peuplades qui occupaient la Gaule avant la conquête romaine en -52 avant Jésus-Christ.

En coupant ces ronds à la pelle, on s’est rendu compte qu’il s’agissait de silos creusés dans le sol», explique Matthieu Poux. Au total, 125 cavités de ce type, disposées très régulièrement dans une terre argileuse, et pouvant contenir entre 200 kg et plus d’une tonne de céréales, ont été dégagées.Une telle découverte était totalement inattendue», s’enthousiasme auprès du Figaro Matthieu Poux, responsable des fouilles. Fin juillet, des paléo-environnementalistes du laboratoire Geolab de Clermont-Ferrand font des relevés un peu à l’écart du site, dans le lit d’un lac supposément asséché depuis le XIXe siècle. Très vite, les chercheurs trouvent une série de cercles de terre colorée, indiquant que le lac était déjà vide à l’époque du fer, et surtout que son sol a été creusé par l’homme. «Mais il pourrait y en avoir entre 600 et 1500», relève l’archéologue qui salue également l’ingéniosité des Gaulois: «Les silos se resserrent vers le haut, sans doute pour faciliter leur fermeture et limiter les infiltrations. Avec la fermentation, l’oxygène restant est rapidement consommé. C’est le principe du Tupperware!». «

Advertisements

Cours d’histoire

18 juin 2015 : il y a deux cents ans, Napoléon 1er livrait son ultime bataille près de Bruxelles.

Avec ses échecs comme avec ses triomphes, l’Empereur des Français continue de fasciner les hommes de toutes nationalités.

L’épopée napoléonienne s’achève le 18 juin 1815 à une vingtaine de kilomètres au sud de Bruxelles, entre les villages de Waterloo et Mont-Saint-Jean.

L’empereur Napoléon 1er (45 ans) est vaincu par une coalition anglo-prussienne conduite par le duc de Wellington, né Arthur Wellesley (45 ans), et le feld-maréchal prussien Gebhardt von Blücher (72 ans !). Sa défaite va clore la période révolutionnaire et inaugurer en Europe près d’un siècle de prospérité et de paix relative, sous l’égide de monarchies conservatrices.

Napoléon abandonne prestement le champ de bataille, laissant le commandement à son frère Jérôme, et retourne à Paris pour sauver ce qui peut l’être de son trône.

Deux musées valent la peine d’être visités : le musée Wellington à Waterloo et le musée de Ligny.

Tous les ans, des milliers de passionnés d’Histoire et de nostalgiques de l’Empereur se réunissent sur le champ de bataille de Waterloo pour des spectacles et une reconstitution de la bataille. 200.000 spectateurs sont attendus pour les commémorations du bicentenaire (19 et 20 juin 2015).

Pour en savoir plus, allez sur ce site!

Un peu d’histoire!

L’architecture des maisons anglaises est vraiment différente des maisons françaises. Par exemple, les rangées de maisons mitoyennes construites à une certaine époque peuvent vous sembler monotones ou au contraire mignonnes mais elles sont le résultat d’événements historiques très importants.

No room in my back yard: an aerial view of rows of terrace houses in Bristol

Tout commença lorsque le travail agricole fit place à la mécanisation. La révolution industrielle (1760-1850) marque une époque qui se caractérise par le développement d’usines de toutes sortes, que ce soit des filatures de coton, des scieries, des papeteries, des poteries. Les paysans abandonnent leurs villages et leurs champs pour la ville et cherchent du travail dans ces usines. Des milliers de kilomètres de routes et de canaux sont construits et l’Angleterre devient l’un des premiers pays industrialisés et l’un des plus riches. Le charbon qu’on trouva de partout remplaça le bois qui était devenu difficile à transporter. L’exploitation de cette nouvelle source d’énergie enrichit l’Angleterre rapidement. Les mines étaient près de la mer ce qui facilitait son transport là où la demande était la plus grande, Londres. Il y avait cependant un problème, plus on creusait en profondeur, plus les mines étaient inondées et on devait trouver un moyen d’exploiter le charbon en profondeur. En 1708 Thomas Newcomen inventa une machine à vapeur qui permit d’évacuer l’eau mais elle n’était pas très efficace. En 1769 l’écossais James Watt améliora cette machine à vapeur ayant l’dée d’une chambre de condensation pour la vapeur, séparée par une valve.