Souvenirs de Paris

Bouquinistes-Quais-Notre-Dame-Paris-0002

How to describe your childhood memories – Décrire vos souvenirs d’enfance!

Je me rappelle: I remember

Je ne me rappelle plus de grand chose! I can’t remember much!

Quand j’étais jeune: when I was young

Quand nous étions enfants: when we were children

Note that you will use the ‘imperfect tense’ to describe the events that ‘used to’ happen.

Mon frère faisait beaucoup de bêtises

My brother used to do stupid things.

Maman le grondait souvent.

Mum used to tell him off often.

Nous allions souvent à Paris voir mon oncle André.

We used to go to Paris to see my uncle André.

On allait se promener le long de la Seine.

We used to go for a walk by the Seine

Je me rappelle qu’il s’arrêtait pour discuter un brin avec les bouquinistes.

I remember he used to stop and have a small chat with the second-hand booksellers.

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Pour réaliser votre rêve!

Reading comprehension.

Aux dernières nouvelles.

 

Le magazine français Elle révèle que l’acteur britannique Idris Elba a obtenu deux récompenses pour ses rôles dans un film, ‘Best of no nation’ et la mini-série,  DCI John Luther. Cet acteur n’aura pas fini de nous éblouir puisqu’on le verra bientôt dans ‘Bastille Day’ et ‘Star Trek sans limites’!

Image result for idris elba

Idris Elba a joué un des personnages principaux de la série américaine The Wire. Il admet qu’on lui a trop proposé les mêmes rôles à la télévision britannique, celui de «meilleur ami» ou de «leader de gang». Du coup, il a décidé de partir  aux États-Unis parce qu’il voulait jouer des rôles différents. Moralité, n’ayez pas peur de prendre des décisions radicales pour poursuivre votre rêve.

  1. Cet article provient de quel magazine?
  2. Qu’est-ce qu’on apprend au sujet d’Idris Elba?
  3. Pouvez-vous expliquer le titre de l’article.

Les adjectifs -position

Most adjectives are placed after the nouns they modify.

1 – However some are placed before the noun. To remember them, use the acronym BAGS, beauty, age, good and bad, size.

Beauty:

une belle fille, un beau chat,

Age:

un vieux chien, mon vieil ami, ma vieille voiture

Good and bad

un gentil garçon, une mauvaise idée,

Size

un petit aéroport, une grande maison, une petite gare

2 – The position of the adjective also depends on its meaning. If the meaning is literal, it goes after the noun. If it is figurative, it goes before the noun

un triste individu = a sinister person

un individu triste = a sad person

 

 

La dernière minute

I like to browse the audio files in Le point du fle website. Today I picked this song interpreted by Carla Bruni. It is ideal as an introduction to the future tense.

Quand j’

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
tout compris, tout vécu d’ici-bas,
quand je

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
si vieille, que je ne

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
plus de moi,
quand la peau de ma vie

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
creusée de routes,
et de traces et de peines, et de rires et de doutes,
alors je

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
juste encore une minute…

Quand il n’y

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
plus rien qui chavire et qui blesse,
et quand même les chagrins

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
l’air d’une caresse,
quand je

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
ma mort juste au pied de mon lit,
que je la

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
sourire de ma si petite vie,
je lui

aura
aurai
auront
demanderai
dirai
sera
serai
verrai
voudrai
“Écoute ! Laisse-moi juste une minute…”

Juste encore minute, juste encore minute,
pour me faire une beauté ou pour une cigarette,
juste encore minute, juste encore minute,
pour un dernier frisson, ou pour un dernier geste,
juste encore minute, juste encore minute,
pour ranger les souvenirs avant le grand hiver,
juste encore une minute… sans motif et sans but.

Puisque ma vie n’est rien, alors je la veux toute.
Toute entière, tout à fait et dans toutes ses déroutes.
Puisque ma vie n’est rien, alors j’en redemande,
je veux qu’on m’en rajoute,
soixante petites secondes pour ma dernière minute.

Tic tac tic tac tic tac

Encore des expressions!

Ils s’entendent comme larrons en foire = ils s’entendent très bien

tenir le haut du pavé = avoir une situation sociale élevée  

ménager la chèvre et le chou = ne pas déplaire à des personnes qui ont des intérêts différents

 

 

 

 

 

pousser comme un champignon = se développer, grandir rapidement

être réglé comme du papier à musique = être très organisé!   

 

faire la cour à quelqu’un = chercher à séduire

Voilà, à plus tard!

Contes pour enfants pas sages!

contes pour enfants pas sagesCes contes ont été écrits par Prévert et je trouve celui-ci très amusant!

Lorsque le Petit Poucet abandonné dans la forêt sema des cailloux pour retrouver son chemin, il ne se doutait pas qu’une autruche le suivait et dévorait les cailloux un à un.
C’est la vraie histoire celle-là, c’est comme ça que c’est arrivé…
Le fils Poucet se retourne : plus de cailloux !
Il est définitivement perdu, plus de cailloux, plus de maison ; plus de maison, plus de papa-maman.
“C’est désolant”, se dit-il entre ses dents.
Soudain il entend rire et puis le bruit des cloches et le bruit d’un torrent, des trompettes, un véritable orchestre, un orage de bruits, une musique brutale, étrange mais pas du tout désagréable et tout à fait nouvelle pour lui. Il passe alors la tête à travers le feuillage et voit l’autruche qui danse, qui le regarde, s’arrête de danser et lui dit :
L’autruche : “C’est moi qui fait ce bruit, je suis heureuse, j’ai un estomac magnifique, je peux manger n’importe quoi. “Ce matin, j’ai mangé deux cloches avec leur battant, j’ai mangé deux trompettes, trois douzaines de coquetiers, j’ai mangé une salade avec son saladier, et les cailloux blancs que tu semais, eux aussi, je les ai mangés. Monte sur mon dos, je vais très vite, nous allons voyager ensemble.”
“Mais, dit le fils Poucet, mon père et ma mère je ne les verrai plus ?”
L’autruche : “S’ils t’ont abandonné, c’est qu’ils n’ont pas envie de te revoir de sitôt.”
Le Petit Poucet : “Il y a sûrement du vrai dans ce que vous dites, madame l’Autruche.”
L’autruche : “Ne m’appelle pas madame, ça me fait mal aux ailes, appelle-moi Autruche tout court.”
Le Petit Poucet : “Oui, Autruche, mais tout de même, ma mère, n’est-ce pas !”
L’autruche (en colère) : “N’est-ce pas quoi ? Tu m’agaces à la fin et puis, veux-tu que je te dise, je n’aime pas beaucoup ta mère, à cause de cette manie qu’elle a de mettre toujours des plumes d’autruche sur son chapeau…”
Le fils Poucet : “Le fait est que ça coûte cher… mais elle fait toujours des dépenses pour éblouir les voisins.”
L’autruche : “Au lieu d’éblouir les voisins, elle aurait mieux fait de s’occuper de toi, elle te giflait quelquefois.”
Le fils Poucet : “Mon père aussi me battait”
L’autruche : “Ah, monsieur Poucet te battait, c’est inadmissible. Les enfants ne battent pas leurs parents, pourquoi les parents battraient-ils leurs enfants ? D’ailleurs monsieur Poucet n’est pas très malin non plus, la première fois qu’il a vu un oeuf d’autruche, sais-tu ce qu’il a dit ?”
Le fils Poucet : “Non”
L’autruche : “Eh bien, il a dit “Ca ferait une belle omelette !”
Le fils Poucet (rêveur) : “Je me souviens, la première fois qu’il a vu la mer, il a réfléchi quelques secondes et puis il a dit : “Quelle grande cuvette, dommage qu’il n’y ait pas de ponts.” “Tout le monde a ri mais moi j’avais envie de pleurer, alors ma mère m’a tiré les oreilles et m’a dit : “Tu ne peux pas rire comme les autres quand ton père plaisante !” Ce n’est pas ma faute, mais je n’aime pas les plaisanteries des grandes personnes…”
L’autruche : “… Moi non plus, grimpe sur mon dos, tu ne verras plus tes parents, mais tu verras du pays.”
“Ca va”, dit le petit Poucet et il grimpe.
Au grand triple galop l’oiseau et l’enfant démarrent et c’est un très gros nuage de poussière.
Sur le pas de leur porte, les paysans hochent la tête et disent : “Encore une de ces sales automobiles !”
Mais les paysannes entendent l’autruche qui carillonne en galopant :
“Vous entendez les cloches, disent-elles en se signant, c’est une église qui se sauve, le diable sûrement court après.”
Et tous de se barricader jusqu’au lendemain matin, mais le lendemain l’autruche et l’enfant sont loin.